Library of Inspiration

Dans les coulisses : La photographie de mode

On ne rencontre pas souvent des développeurs informatiques qui sont aussi photographes de mode. Pourtant, après avoir travaillé pendant sept ans comme ingénieur logiciel, Onin Lorente a réussi à percer l'univers de la photographie de mode en se formant tout seul au fonctionnement d'un appareil photo.

Il a commencé par lancer un site web consacré à la mode où il publiait les photos de magazines de ses photographes préférés, comme Peter Lindbergh, Paolo Roversi, Steven Meisel, et Yelena Yemchuk, pour n'en citer que quelques-uns. « J'adore leur travail. Leurs clichés mettent non seulement en valeur les vêtements ou les tendances, mais racontent aussi des histoires et des rêves, que je trouve magnifiques et passionnants. »

C'est lorsqu'il a troqué son ancien appareil photo pour un Nikon D90 en 2010 qu'il a officiellement débuté dans la photographie. Il a commencé par prendre ses sujets en photo manuellement, en tenant compte des conditions de luminosité et de l'atmosphère qu'il cherchait à rendre. Onin a d'abord pris des portraits et des photos de mode de rue, ce qui l'a peu à peu préparé à sa transition de carrière.

Pour lui, les images de mode dépassent les simples vêtements. Une photo de mode réussie doit traduire une direction artistique marquée ; les vêtements, la coiffure et le maquillage doivent être adaptés et flatter la mannequin, qui doit être captivante, le tout dans un environnement remarquable.

La production est également un aspect fascinant de la photographie de mode. Onin s'implique personnellement dans tous ses aspects, y compris la création du mood board, le casting des mannequins, l'organisation de l'équipe, la collaboration avec les stylistes sur les tenues, et la recherche des lieux de shooting. Ce processus dure en général de 1 à 2 semaines et pour lui, il est important de s'assurer que tous les éléments s'alignent pleinement sur sa vision.

Pour ses shootings, Onin est amené à voyager aux quatre coins du monde. Il effectue parfois des recherches et sollicite les suggestions de ses amis une fois son mood board finalisé ; s'il trouve un lieu vraiment unique, il peut aussi créer un tout nouveau concept basé sur cet endroit. Dans son travail, il lui faut trouver des environnements différents pour chaque nouvelle histoire et concept ; il recherche généralement des lieux naturels, exotiques, mystiques et mystérieux, qui sont ceux qui le séduisent le plus. « J'aime les lieux qui me font rêver. »

Mais choisir le bon site n'est que le début : le plus gros défi associé à la photographie de mode en extérieur consiste à rassembler tous les membres de l'équipe, les équipements et les vêtements pour se déplacer d'un endroit à un autre. Ce n'est pas chose facile  et c'est là qu'il compte sur son équipe pour rester groupée et organisée afin de travailler sans heurts.

Si elle aide toujours à créer un décor poétique, la nature peut parfois présenter des défis. Pour réaliser un shooting avec Tony Ward pour L’Optimum Thaïlande, Onin et son équipe s'étaient rendus à Botany Bay, à 2 heures de Londres. Malgré un paysage à couper le souffle, le temps devint très vite maussade. Un vent puissant chargé de sable, une mer extrêmement agitée et des températures glaciales rajoutèrent à l'intensité de ce moment, déjà limité dans le temps. La séance photo se fit en un temps record, juste avant que des maîtres-najeurs ne leur demandent de quitter les lieux. Malgré ces contraintes, le résultat plût à l'agence de mannequin ainsi qu'à Onin.

Ce genre de prises de vues difficiles ne découragent en rien Onin. Au contraire, elles contribuent plutôt à aiguiser sa passion de la photographie.

« Pour être honnête, je dois dire que j'ai encore des montées d'adrénaline chaque fois que je suis sur un shooting. J'ai toujours ce sentiment que c'est la première fois. »

Il lui arrive parfois d'être trop passionné et d'anticiper son travail au point de ne pas en dormir. La nuit est alors pour lui source de cogitations : comment raconter l'histoire, quelles tenues conviendront le mieux au lieu et quelle attitude souhaite-t-il que le mannequin dégage ? Il se donne le temps d'imaginer et de peaufiner les scénarios, tout en laissant une certaine spontanéité s'exprimer pendant la séance photo. Onin retire une impression de liberté et de fierté lorsque tout est réglé et que des images magnifiques apparaissent au tirage.

Pour décrire son style photographique, il parle de discrétion et de poésie, de réalisme et d'onirisme, de beauté et d'exotisme. « Je considère chacune de mes photos comme faisant partie d'une série qui raconte une histoire et dégage une atmosphère, et chaque shooting est unique. »

Au cours d'une de ses dernières séances de photos de mode, il s'est efforcé de retracer l'histoire d'un homme en voyage, seul et enfin en paix avec lui-même. La production a eu lieu à un moment où il venait de perdre son frère, et il lui a donc dédicacé ce récit, en hommage à son amour et à sa vision de l'existence.

Onin a tracé sa voie en travaillant d'abord avec des top models et des grandes marques ; il a réalisé ses premières photos avec Bhumika Arora pour L’Officiel Inde. C'était la première fois qu'il photographiait un top model. Ce fut une expérience mémorable pour lui qui était en admiration devant Bhumika depuis son apparition sur la scène internationale, et dont la beauté n'a fait que renforcer son inspiration.

En termes de matériel, Onin ne se sépare jamais de son Nikon D810 pour la photographie numérique et de son Nikon F90x pour l'argentique. Pour ses shootings, il utilise l'AF-S NIKKOR 24-70 mm f/2.8G ED, l'AF NIKKOR 50 mm f/1.4D, et l'AF Zoom Nikkor 35-80 mm f/4.0-5.6D, en association avec un stroboscope, un éclairage continu et un réflecteur.

Un travail d'équipe efficace qui se fait dans la bonne humeur est également un facteur important pour que tout se déroule comme prévu. Les vêtements contribuent eux-aussi à créer une bonne image de mode. Certains tissus et textures peuvent exprimer des émotions complètement différentes selon l'atmoshpère générale créée et la façon dont les vêtements sont portés. Par exemple, des vêtements fins et doux peuvent traduire une certaine tristesse, mais aussi parfois représenter la force.

Onin prend également des clichés de paysages magnifiques vus dans ses voyages, mais aussi de ses neveux et nièces chez eux et, au hasard, de petits objets de la vie quotidienne ; pourtant, rien ne peut égaler son amour de la mode.

Quel sera son prochain projet ? Pour les deux mois à venir, il prépare actuellement quatre shootings qui se dérouleront dans quatre pays différents. « L'année 2017 commence bien et s'annonce plus optimiste. Je suis enchanté ! »

À propos de Onin

Né aux Philippines, Onin Lorente a vécu à Singapour et est désormais basé en Angleterre et en Allemagne, où il travaille comme photographe de mode à temps plein. Il a quitté sa carrière de développeur logiciel pour celle de photographe de mode recherché, et serait fier de figurer parmi les photographes les plus influents du monde de la mode.