Library of Inspiration

L'expérience humaine

Dans les rizières pittoresques du comté Yuanyang de la province du Yunnan, une femme est humblement assise dans un escalier, le soleil chaud caressant son visage alors qu'elle regarde le village se réveiller. Ému par la simplicité de l'instant, le photographe professionnel Jonathan Tai engage la conversation, avec un langage des signes de base et des gestes comme seul moyen de communication. Enfin, il prend une photo de la femme, qu'elle lui avouera plus tard être la toute première photo qu'elle ait jamais vue. Un an plus tard, Jonathan Tai revint dans le même village et remit personnellement sa toute première photo à la femme.

Né à Kuching, Sarawak, zone malaisienne de Bornéo, Jonathan Tai se souvient d'une expérience surréaliste, et explique comment son voyage dans l'univers de la photographie a été inspiré par sa capacité naturelle à communiquer les émotions humaines brutes et à véhiculer des expériences entre le sujet et le spectateur simplement au moyen d'une prise de vue.

Jonathan Tai a été exposé à l'univers de la photographie dès son plus jeune âge. Il regardait son père, photographe professionnel de mariage, et était fasciné par les explications détaillées du processus photographique. « Pendant que les autres enfants jouaient aux billes, mon père me donnait des leçons pour que je puisse maîtriser cet art. »

Inspiré par son père, Jonathan Tai s'est lancé dans la photographie de mariage. Il explique avec beaucoup d'humilité : « j'étais flatté de pouvoir immortaliser le moment le plus heureux de la vie de milliers de couples ». Cette capacité à traduire une émotion authentique et pure en une prise de vue composée et complète, ainsi que son amour du voyage ont conduit Jonathan Tai à poursuivre sa carrière en mettant l'accent sur l'expression humaine.

Au fil de tous ses voyages, Jonathan Tai a développé sa compréhension et sa maîtrise de la combinaison photographe-équipement-sujet. Il explique que la capture d'une vraie expression humaine est différente de la prise de vue de paysages, car les paysages correspondent à ce que nous pouvons voir, de l'extérieur, alors que la photographie des expressions humaines fait souvent ressortir ce que nous ne voyons pas, à l'intérieur.

Lorsqu'il travaille avec des sujets humains, Jonathan Tai insiste sur l'importance d'établir une relation avec eux plutôt que de simplement les prendre en photo.

La composition et le contexte sont des éléments importants de la prise de vue, et c'est seulement une fois que vous les avez compris et appréciés que l'image peut exprimer l'ensemble des émotions et la vérité qui se cachent derrière. Jonathan Tai explique, « je prends des photos de personnes, car les histoires de leur vie sont écrites sur leur visage ; j'aimerais saisir la vérité de l'instant. »

À propos de son image préférée, Jonathan Tai évoque un voyage au Tibet, dans l'institut bouddhiste Larung Gar, la plus grande école d'études bouddhiques tibétaines au monde. Jonathan Tai se souvient de la beauté pure non seulement de l'infrastructure, mais aussi de l'atmosphère pacifique et l'harmonie et les innombrables histoires à raconter, les expériences à capturer.

Il le décrit comme « isolé dans la vallée, à près de 4000 m d'altitude et à 15 km de la ville la plus proche, abritant quelques 40 000 nonnes et moines ».

Même si Jonathan Tai encourage les photographes en herbe à se familiariser avec l'équipement adapté et d'être aussi préparés que possible pour les prises de vue, avec la photographie de sujets humains, il met en avant l'importance d'apprécier tout l'impact de l'expérience que vous tentez de faire passer à travers votre image.

Évoquant une expérience en particulier, il explique comment la composition et le ton de l'image étaient motivés par l'histoire touchante et la personnalité sous-jacentes. Il ajoute que ce sont les émotions qu'il a ressenti lorsque la personne lui a raconté son histoire qui l'ont inspiré pour réaliser une photo poignante et personnelle.

Il poursuit : « j'ai été fasciné par une vieille femme assise devant sa maison, cousant des sandales qu'elle vend ; elle m'a dit qu'elle vivait dans sa cabane avec son mari handicapé suite à un accident vasculaire, elle lui donne à manger, l'aide à marcher, à se laver tous les jours, sans faute ; il lui apporte un soutien psychologique. Elle lui apporte un soutien physique. Ils ne pourraient pas venir sans le soutien l'un de l'autre. »

Jonathan Tai encourage les photographes intéressés par l'humaine expression à être fiers de ce qu'ils font et de s'investir émotionnellement dans leur art. Il explique que bien qu'il soit important de prendre du plaisir dans son activité professionnelle pour réussir, pour la photographie de sujets humains, c'est essentiel.

Une image, c'est le reflet de l'histoire qui est racontée, l'intérêt que le photographe porte à son sujet se voit dans son travail, et son manque d'intérêt encore plus. Jonathan Tai avertit de ne pas trop s'appuyer sur l'équipement et sur l'édition des images, expliquant qu'il n'existe aucune alternative à une réelle connexion entre le photographe et le sujet, et que les prises de vue ne seront réussies que si vous établissez une relation qui peut être communiquée.

« La plus grande difficulté pour moi, c'est lorsque je n'arrive pas à établir une relation avec le sujet, que je ne ressens rien pour lui. »

Comme Jonathan Tai poursuit son voyage au cœur de la photographie d'expression humaine, il reste modeste et s'ouvre à de nouvelles expériences, en recherche permanente et toujours prêt pour l'histoire suivante.

À propos de Jonathan Tai

Né à Sarawak, en Malaisie, Jonathan Tai a suivi les traces de son père dans la photographie professionnelle de mariage avant de prendre sa propre voie, en tant photographe d'expression humaine. En consacrant sont temps à la vie d'autres personnes, Jonathan Tai offre un aperçu dans sa propre vie tout en continuant d'établir sa réputation dans le monde de la photographie.