Library of Inspiration

Optimisez vos photos macro et de paysages à l'aide du focus stacking

Parfois, quels que soient les réglages de l'appareil photo et l'objectif utilisés, certaines zones de l'image ne sont pas nettes en raison de la faible profondeur de champ.

De façon générale, l'utilisation d'une petite ouverture est censée augmenter la profondeur de champ. Néanmoins, plus l'ouverture choisie s'éloigne de l'ouverture idéale de l'objectif (c'est-à-dire l'ouverture à laquelle l'objectif produit l'image la plus nette, correspondant généralement à la deuxième ou troisième valeur après l'ouverture maximale), plus un phénomène de diffraction peut survenir et provoquer un effet de flou1.

C'est dans ce genre de situation que le focus stacking s'avère extrêmement utile.

En combinant plusieurs images enregistrées à différentes distances de mise au point afin que l'ensemble de l'image ou du sujet soit net, cette technique est particulièrement bien adaptée aux prises de vues macro et de paysages puisqu'elle permet d'obtenir une plus grande profondeur de champ que sur une seule image.

Mais quand et comment utiliser cette technique pour optimiser ses photos ?

En outre, de quelle façon la nouvelle fonction de décalage de la mise au point du Nikon D850 intervient-elle dans le focus stacking ?

À propos du focus stacking : quand et comment l'utiliser

En combinant des images dans lesquelles le point AF est modifié progressivement, les photographes peuvent obtenir une image composite finale dont la majorité des zones d'intérêt est nette ; les expositions distinctes sont assemblées ultérieurement à l'aide d'un logiciel tiers.

Cette technique est couramment utilisée pour :
la photographie de paysages lorsque les objets du premier plan sont trop proches de l'objectif pour que l'objet et l'arrière-plan soient tous les deux nets sans utiliser une très petite ouverture et provoquer un effet de flou en raison de la diffraction.
la macrophotographie (joaillerie, échantillons, aliments) car plus l'on s'approche d'un sujet, plus la profondeur de champ est réduite.

Même si le focus stacking n'est pas un nouveau concept en photographie, les photographes doivent souvent modifier manuellement la mise au point et prendre une série de photos à différentes distances de mise au point, pour que la profondeur du sujet ou de la scène soit couverte dans sa totalité.

Par exemple, si l'on photographie un insecte en gros plan, on doit faire une photo dans laquelle la tête de l'insecte est nette, une autre dans laquelle son corps est net et une troisième dans laquelle ses ailes sont nettes, avant d'assembler ces images.

Sans le focus stacking

Nikon D850, AF-S Micro Nikkor 60 mm f/2.8G ED - 100 ISO, f/5.6, 1/100  | © Andrew JK Tan

Avec le focus stacking

Nikon D850, AF-S NIKKOR 80-400 mm f/4.5-5.6G ED VR - 53 images empilées, largeur du décalage 5, f/5.6 | © Andrew JK Tan

Néanmoins, les photographes peuvent être confrontés à plusieurs difficultés lors de ce procédé manuel, surtout si le sujet n'est pas immobile et que la nature est impliquée.

Idéalement, toutes les images d'une telle série doivent être enregistrées dans exactement les mêmes conditions et avec exactement les mêmes paramètres : ouverture, sensibilité, vitesse d'obturation et balance des blancs. Or ces critères peuvent changer très rapidement au cours de la période nécessaire aux photographes pour modifier manuellement la mise au point, donnant lieu à une image ratée.

Focus stacking avec le D850 : quelle différence ?

Même si un logiciel tiers est toujours nécessaire pour combiner les images, la fonction de décalage de la mise au point du D850 prend automatiquement des photos selon un intervalle défini par l'utilisateur tout en décalant la distance de mise au point spontanément pour obtenir avec précision et netteté des photos où la profondeur de champ s'étend sur l'ensemble de la zone d'image.

Par conséquent, il n'est plus nécessaire de penser à décaler manuellement la mise au point, étant donné que le D850 modifie automatiquement la distance de mise au point selon des réglages précis afin de couvrir l'ensemble de la plage de mise au point pour chaque scène.
1. Les photographes peuvent choisir le nombre de prises de vues et la largeur du décalage afin d'indiquer dans quelle mesure la mise au point est déplacée entre chaque prise de vue (sur le D850, la largeur du décalage peut être sélectionnée parmi 10 valeurs).
2. Choisissez le point AF de départ (comme vous le feriez normalement pour définir la mise au point) et une fois le décalage de la mise au point activé, le D850 commence automatiquement à photographier tout en déplaçant la distance de mise au point entre chaque prise de vue.
3. Cette opération se poursuit jusqu'à ce que toutes les vues soient prises (un maximum de 300 vues peuvent être prises en une seule fois) ou jusqu'à ce que l'objectif atteigne l'infini, selon la première situation qui se présente.

En outre, l'intervalle de temps entre chaque vue peut être défini sur une valeur comprise entre 0 et 30 secondes.

Le lissage de l'exposition et la photographie silencieuse peuvent également être activées, la photographie silencieuse étant idéale pour la photographie de paysages et d'échantillons.

Optimisation de la technique avec des objectifs et d'autres outils

Il convient de noter que certains objectifs ne sont pas compatibles avec la fonction de décalage de la mise au point ; un objectif doté d'un pouvoir séparateur élevé, qu'il s'agisse d'un zoom et/ou d'un objectif macro n'est pas adapté.  Par exemple, les objectifs NIKKOR tels que l'AF-S NIKKOR 28 mm f/1.4E ED, l'AF-S NIKKOR 105 mm f/1.4E ED, l'AF-S NIKKOR 24-70 mm f/2.8E ED VR et les objectifs prévus pour une utilisation spécifique comme l'AF-S VR Micro-Nikkor 105 mm f/2.8G IF-ED, fonctionnent parfaitement avec le focus stacking. En outre, il est essentiel d'utiliser un trépied stable pour garantir la stabilité lorsque plusieurs vues sont prises successivement.

Vous pourrez ainsi observer les avantages du focus stacking sur vos photos, surtout s'il s'agit de photographie macro et de paysages. Néanmoins, vous devrez faire preuve de patience et beaucoup expérimenter pour obtenir de bons résultats, puisque de nombreuses variables – taille du sujet, distance au sujet, choix de l'objectif, réglage d'ouverture et largeur du décalage de la mise au point – sont en jeu.

1 Remarque : cela ne signifie pas que la prise de vue avec de petites ouvertures n'est pas possible ; vous pouvez toujours utiliser ces réglages d'ouverture si nécessaire et si vous préférez.